Concernant la personne dont les ablutions sont déficientes ou qui a oublié des étapes des ablutions ou du ghusl (Sahnûn)

Publié le par Muhammad Yahya At Tijani

Afficher l'image d'origine

Chapitre 16 de la Mudawwanah Al Kubrâ

Concernant la personne dont les ablutions sont déficientes ou qui a oublié des étapes des ablutions ou du ghusl

- Al Imâm Sahnûn Ibn Sa'îd At Tanûkhî -

Ibn Al Qâsim rapporta que Mâlik a dit à propos de celui qui effectue ses ablutions et en manque une partie tout en faisant le reste, puis retourne chercher de l'eau [pour faire ce qu'il a manqué] : « Si elles ont été accomplies récemment, je suis d'avis qu'il doit réparer ce qui manque de ses ablutions, cependant si un long moment s'est écoulé lorsqu'il partit chercher de l'eau au point que [l'eau des] ablutions a séché, alors je suis d'avis qu'il doit recommencer les ablutions depuis le début. »

Ibn Al Qâsim a dit : « Chaque fois qu'un homme accomplit le ghusl en raison d'un état d'impureté rituelle majeur, ou qu'une femme menstruée accomplit le ghusl, et qu'une partie de leurs corps respectifs demeure sans qu'il n'y ait eu d'eau versée dessus, ou même lorsqu'ils accomplissent les ablutions et que certaines parties des ablutions ne sont pas atteintes jusqu'après la prière prescrite et que son temps d'accomplissement soit passé, il dit sur cela : « S'il délaissa les parties [à laver] de manière délibérée, il doit relaver les endroits qu'il avait lavé lorsqu'il accomplissait le ghusl et les endroits qu'il avait lavé lorsqu'il accomplissait les ablutions [en plus de laver ce qu'il avait délaissé], et les deux doivent recommencer la prière. S'il s'agit d'un cas où ils l'ont délaissé par inadvertance, ils doivent laver seulement les parties [non-lavées] puis recommencer la prière. S'ils n'ont pas lavé la partie [à laver] lorsqu'ils s'en sont souvenus, alors ils doivent recommencer les ablutions, et pareil pour le ghusl. » Tel est ce que Mâlik a dit. »

Sahnûn a dit que Rabî'ah Ibn 'Abd Ir Rahmân a dit la même chose concernant la division du ghusl en portions. Ibn Al Musayyib a dit la même chose concernant la personne qui délaisse le lavage de la tête par oubli lors du ghusl.

Mâlik a dit à propos de la personne qui oublie de passer les mains mouillées sur la tête et s'en rappelle au cours de la prière alors que sa barbe est encore humide : « Il est interdit d'essuyer [la tête] avec cette humidité [de la barbe]. » Il a dit aussi : « Il doit prendre de l'eau spécifiquement pour la tête et devra recommencer la prière après avoir essuyé sa tête. »

Je (Sahnûn) dis : « Est-ce que Mâlik commandait de laver les pieds après avoir lavé la tête [dans ce cas présent] ? » Il (Ibn Al Qâsim) répondit : « Si la personne a oublié et que ses ablutions ont séché, il doit seulement passer les mains mouillées sur tête. »

Fin de citation.

Publié dans Fiqh

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article